Une brève histoire du temps

Une brève histoire du temps (Décembre 2015)

titre_1-2

« Quelle heure est-il ? », s’interroge-t-on souvent. Les horlogers s’efforcent de nous répondre en fabriquant des montres les plus précises possible. Mais la vraie question que l’on devrait se poser ne serait-elle pas plutôt : « Qu’est-ce que le temps ? »

Le physicien et cosmologiste Stephan Hawking en est convaincu, le temps n’existait pas avant le big bang, c’est-à-dire l’instant T de la création de l’univers. Au 5e siècle de notre ère, Saint Augustin, lui, se montrait plus circonspect : « Qu’est-ce que le temps ? Quand personne ne me le demande, je le sais. Dès qu’il s’agit de l’expliquer, je ne le sais plus ». Peut-être aurait-il dû lire les écrits du philosophe grec Plotin qui, pendant l’Antiquité, avait proposé une théorie pour le moins originale. Selon lui, il existerait trois temps : le présent (correspondant au moment où vous lisez ces lignes), le présent du passé (votre mémoire) et le présent de l’avenir (ce qu’espère votre imagination).

Finalement, passé, présent et futur sont bien plus simples à analyser quand il s’agit seulement de grammaire !

Et si le temps n’était qu’une notion bâtie de toutes pièces par l’Homme pour répondre à la nature qui dispose elle-même de sa propre horloge ? C’est probablement pour assurer leur survie que nos lointains ancêtres eurent besoin, jadis, de disposer de repères temporels. Connaître la saison de migration des espèces animales était par exemple une question vitale lorsque les premiers êtres humains ne subsistaient que grâce à la chasse.

Puis, lorsque l’Homme devint agriculteur, il lui fallut composer avec les périodes de pluie ou de sécheresse, de froid ou de chaleur, bref, avec les saisons. Or, pour bâtir des prévisions, on a besoin de bases fiables. Pour se positionner au sein du temps et disposer des informations nécessaires, bien des dispositifs plus ou moins élaborés furent utilisés : horloges à ombres créées il y a 4000 ans par les Egyptiens, cadrans solaires, clepsydres, horloges à encens ou à bougies, sabliers… En 1275 apparut la toute première horloge mécanique. Sans cadran ni aiguilles, elle était seulement chargée de sonner approximativement les heures. Au Moyen-Age, les horloges se modernisèrent considérablement en se voyant dotées d’une aiguille des heures. A cette époque, était-il nécessaire d’en savoir plus ? L’apparition d’une aiguille des minutes, puis, bien plus tard, d’une trotteuse rythmant les secondes, pourrait donc légitimement marquer la naissance des complications !

Puis en 1504 vint la première montre connue. De nos jours, les cerveaux les plus ingénieux s’évertuent à améliorer le décompte du temps et la maîtrise des subdivisions temporelles créés par l’Homme : fonctions chronographe, quantième perpétuel, phases de lune, répétition minutes, réserve de marche, équation du temps, double fuseau horaire, heures du monde…

Messieurs Plotin, Saint Augustin, Einstein et Hawking, rassurez-vous, la recherche continue. Les meilleurs horlogers, en particulier ceux présents au sein de la galerie EKSO, y consacrent… tout leur espace-temps !

Ekaterina Sotnikova

Share on FacebookTweet about this on Twitter

titre_1-2