La première montre automatique Grönefeld

Avec leur dernière création baptisée 1941 Principia Automatic, Bart et Tim Grönefeld écrivent un nouveau chapitre de leur histoire et s’adressent à un public plus large.

On connaissait Bart et Tim Grönefeld pour leurs montres de très haut niveau appréciées des collectionneurs et des amateurs exigeants, comme la Parallax Tourbillon ou la 1941 Remontoire. Deux modèles qui leur valurent de recevoir le Grand Prix d’Horlogerie de Genève, respectivement en 2014 et 2016.

Gronefeld - Bart and Tim

Avec la nouvelle création baptisée Principia, on découvre une pièce toujours remarquablement conçue et réalisée, mais s’adressant à une clientèle plus large et marquant une étape importante de la vie de la Maison néerlandaise.

Cette fois, les “Horological Brothers”, comme ils se surnomment eux-mêmes, ont oublié pour un temps les grandes complications dont ils sont spécialistes afin de proposer un garde-temps plus accessible au grand public, à la fois par sa conception technique et par son tarif.

Gronefeld-1941-Principia-Automatic-Blue

Si le boîtier de la Principia, réalisé en acier, en or blanc ou en or rose, conserve le style Grönefeld, sobre et élégant, il accueille pour la première fois un mouvement automatique. C’est d’ailleurs pourquoi cette montre porte le nom latin de Principia comme l’explique Bart Grönefeld : « Nous l’avons choisi en pensant à Isaac Newton, à l’origine de la loi physique de l’attraction terrestre. D’habitude, les horlogers détestent la gravitation car elle perturbe le fonctionnement du mécanisme et il faut avoir recours à un tourbillon pour en contrer les effets. Cette fois, nous avons voulu mettre la gravitation à notre service en réalisant une masse oscillante de diamètre important capable d’assurer un remontage plus efficace, par exemple, qu’un microrotor ».

Gronefeld - 1941 Principia Automatic - Caseback

Outre son efficience et sa fiabilité, ce rotor de belles dimensions, en or 22 carats, a permis de procéder à un délicat travail de décoration que l’on peut admirer au travers d’un fond transparent. L’esthétique a d’ailleurs été particulièrement étudiée, comme le prouve un choix de couleurs audacieux pour le cadran, permettant d’opter notamment pour le turquoise ou le bleu clair.

Gronefeld-1941-Principia-Automatic-Trio

Cette incursion dans le monde des montres automatiques aura une suite. Ce premier calibre (que l’on pourra voir de près lors du SIHH, dans le Carré des Horlogers), servira très certainement de base pour le développement de modèles à complication, date, calendrier ou quantième perpétuel…

En savoir plus sur : Grönefeld – 1941 Principia Automatic

Share on FacebookTweet about this on Twitter

titre_1-2