Des métiers d’art pour embellir le temps

Des métiers d’art pour embellir le temps (Juillet 2015)

titre_1-2

Gravure, squelettage, émaillage, sertissage : certains savoir-faire particuliers et talents artistiques rarissimes permettent de créer de véritables chefs-d’œuvre horlogers.

La profession d’horloger n’est pas la seule à s’exercer au sein d’une manufacture. Dans les ateliers où naissent les montres, on dénombre ainsi environ 40 métiers et 180 savoir-faire différents ! Parmi ceux-ci, certains sont exclusivement dédiés à la décoration des boîtiers et des mouvements.

Les sertisseurs sont par exemple capables de recouvrir entièrement une montre de diamants et de pierres précieuses selon des techniques qui rendent invisible toute fixation.

Si elles sont apparues 500 ans av. J.-C., les techniques de l’émaillage ont été quasiment oubliées au fil du temps. Aujourd’hui, seules de rares Maisons disposent d’un atelier émail afin de réaliser des chefs-d’œuvre artistiques de miniaturisation. Reproduction de tableaux ou de paysages, silhouettes d’animaux ou décors floraux, rien ne semble impossible aux maîtres émailleurs qui se transmettent leurs secrets de génération en génération. Leur tâche est en effet incroyablement délicate : 22 couches d’émail sont parfois nécessaires et la confection d’un seul cadran peut imposer entre 80 et 200 heures d’un travail d’une exceptionnelle précision. Qu’il s’agisse d’émail grand feu, champlevé ou cloisonné, le moindre incident de cuisson peut réduire à néant des jours d’efforts. Dans un four réglé à une température de 800 degrés, tout se joue en une trentaine de secondes.

Pour les graveurs travaillant le métal à l’aide d’une pointe effilée, il est également question de minutie et d’infinie patience. S’il faut jusqu’à deux heures pour graver des initiales dans l’or ou l’acier, un portrait requiert trois jours de travail et la reproduction d’un bouquet de fleurs gravé et serti de pierres précieuses demande une semaine entière de labeur. Quant aux spécialistes du guillochage, on dit qu’il faut 20 ans de pratique avant d’en maîtriser tous les secrets…

Parfois, les talents se conjuguent, à l’image du paillonnage combinant émaillage et inclusion de fils d’or.

Toujours en quête d’innovation et de préservation des métiers rares d’autrefois, certains créateurs n’hésitent pas à intégrer des broderies, des décors en marqueterie et même des plumes d’oiseaux ou des pétales de fleurs sur leurs cadrans ! Troublant paradoxe de voir des garde-temps embellir le présent en sublimant le passé.

Mais le plus beau des métiers d’art horlogers ne reste-t-il pas celui qui consiste à tailler et assembler à la main de minuscules pièces métalliques jusqu’à parvenir à créer des mouvements d’une folle complexité ? Je le crois…

Ekaterina Sotnikova

Share on FacebookTweet about this on Twitter

titre_1-2